jeudi 9 novembre 2017

Son absence d'Emmanuelle Grangé


Date de parution : août 2017 aux éditions Arléa
Nombre de pages : 143

Ce roman fait partie de la sélection des 68 premières fois.

Nous sommes le 7 octobre 2015, chaque membre de la famille Munch se rend au tribunal pour y signer la "reconnaissance d'absence" de François Munch disparu vingt ans plus tôt. Le délai légal de vingt ans passé, cette formalité a pour but de protéger les intérêts et le patrimoine du disparu.

François a disparu sans motif apparent en envoyant une carte postale laconique à sa famille, il y annonçait son départ définitif. Depuis, la famille n'a reçu aucune nouvelle et les recherches des détectives privés qu'ils ont engagés sont restées infructueuses.

mardi 7 novembre 2017

Demain sera tendre de Pauline Perrignon

Date de parution : août 2017 chez Stock
Nombre de pages : 216

La narratrice part à la recherche de l’histoire de son père après sa mort. Son père était un journaliste engagé, un homme de convictions que la mélancolie a fini par gagner et qui a vécu des années de dérive dans l’alcool.

lundi 6 novembre 2017

Encore vivant de Pierre Souchon


Date de parution : 16 août 2017 aux Editions du Rouergue
Nombre de pages : 247 

Ce premier roman de Pierre Souchon est autobiographique. Bipolaire, il a du être interné en hôpital psychiatrique suite à une grave crise maniaco-dépressive. Son médecin l'avait autorisé à arrêter son traitement, tout allait bien pour lui, il venait de se marier avec Garance et avait un travail. Il avait déjà connu des crises de ce type pendant ses études et avait été interné à l'âge de vingt ans 

dimanche 5 novembre 2017

Quand on n'a que l'humour d'Amélie Antoine


Date de parution : mai 2017 chez Michel Lafon
Nombre de pages : 424

Le titre de ce livre pourrait laisser croire que ce roman est humoristique ce qui est loin d'être le cas... C'est en visitant une amie à l'hôpital que j'ai découvert ce livre, cette amie était encore toute bouleversée par sa lecture récente.

Dans la première partie du récit qui se déroule sur la seule soirée du 1er avril 2017, nous faisons connaissance avec Édouard Bresson, un célèbre humoriste. Édouard a été élevé en Normandie par un père perpétuellement en colère, un homme usé par son travail d’ouvrier en raffinerie. Édouard était souvent éjecté sur le palier de l’appartement avec son jeune frère par leur père qui ne supportait aucun bruit.
Adulte, Édouard est devenu un humoriste célèbre qui se cache derrière ses blagues, qui tourne tout en dérision, un clown au célèbre pull marin qui s'est construit une carapace derrière laquelle il se cache. C'est un homme adulé mais rongé par la solitude, un homme qui tient le coup grâce aux médicaments, qui vit la solitude de l'artiste mais qui est également rongé par la culpabilité attendant vainement le pardon de ses parents, un pardon pour un acte que je ne peux pas dévoiler...
Trop d'absences, un stress permanent ont eu raison de son mariage alors que son fils Arthur n'avait que six ans.

samedi 4 novembre 2017

Nitro mountain de Lee Clay Johnson



Date de parution : août 2017 chez Fayard
Nombre de pages : 300

J'ai lu ce livre dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire de Priceminister.

Dans une ancienne région minière des Appalaches où sévit une extrême pauvreté, l'auteur met en scène des laissés pour compte désespérés, des marginaux, des drogués... nous sommes bien loin du rêve américain...
Léon, bassiste de country, est un jeune homme perdu depuis sa rupture avec Jennifer. En cherchant du travail dans les bars avec le groupe de son ami Jones, il fait la connaissance d'Arnett, le nouvel ami de Jennifer, un truand psychopathe et drogué assez effrayant. Impossible d'en dire plus pour ne pas dévoiler l'intrigue...

vendredi 3 novembre 2017

jeudi 2 novembre 2017

Ostwald de Thomas Flahaut

Date de parution : août 2017 aux Éditions de l'Olivier
Nombre de pages : 168

" Comment ça meurt une ville ?"

J'ai lu ce roman car il fait partie de la sélection des 68 premières fois.

J'ai bien failli abandonner la lecture de ce livre car les cinquante premières pages m'ont fortement agacée. La présentation des personnages m'a paru longue et peu intéressante. L'histoire se situe à Belfort où vivent le narrateur Noël, son frère ainé Félix et Marie une jeune femme avec qui les deux frères entretiennent une relation ambigüe. Le récit de leur vie est mêlé à des rappels du passé ouvrier de la région et de la fermeture d'Alsthom, usine où le père des deux jeunes hommes travaillait "Un jour, Alsthom est devenu Asltom. Beaucoup y ont vu un mauvais présage. On disait qu’en enlevant le h de Alstom, c’était le h de humains qu’ils avaient effacé", après la fermeture de l'usine les parents de Noël et Félix se sont séparés et le père est parti vivre à Ostwald, près de Strasbourg.

Le roman démarre vraiment lorsqu'une fuite se produit à la centrale nucléaire de Fessenheim à une heure de route de Belfort. Les deux frères sont évacués dans un camp improvisé, là ils ne connaissent rien de l'ampleur de ce qui se passe, ne savent pas que le pays est en train de se vider, ils passent des jours dans ce camp près d'un étang sans nouvelles de personne, des jours dans le silence et l'inquiétude. Lorsque Noël est témoin d’une agression, ils décident de fuir. Le récit relate alors leur errance dans une région désertée.

mercredi 1 novembre 2017

Bilan de mes lectures d'octobre 2017

De belles lectures ce mois-ci et des découvertes d'auteurs que j'ai plus ou moins appréciés...










mardi 31 octobre 2017

L'ordre du jour d'Eric Vuillard



Date de parution : avril 2017 chez Actes Sud
Nombre de pages : 160 

Eric Vuillard signe ici un fantastique récit sur la prise du pouvoir des nazis en Allemagne. Il nous montre l'enchainement qui a mené à l'arrivée du nazisme au pouvoir en nous décrivant de multiples scènes et en décortiquant la politique portée par Hitler.  Pour étayer son propos, il se base sur de multiples témoignages et sur l'analyse de photos.

lundi 30 octobre 2017

En sacrifice à Moloch d'Asa Larsson


Date de parution : septembre 2017 chez Albin Michel
Nombre de pages : 444

J'ai lu ce roman policier pour le Grand Prix des lectrices Elle 2018 et j'en ressors plus que déçue..

L'histoire se déroule dans le Grand Nord suédois, au fin fond de la Laponie. Un ours est abattu et des restes humains sont retrouvés dans sa panse... Quelques mois plus tard, Sol-Britt est découverte le corps transpercé à mort par une fourche à foin.

samedi 28 octobre 2017

Le coeur battant de nos mères de Brit Bennett




Date de parution : août 2017 aux Éditions Autrement
Nombre de pages : 339

Voici un roman qui me faisait de l’œil depuis un moment et j'ai été ravie qu'il soit sélectionné par le jury de novembre du grand prix Elle. Malheureusement ce livre m'a beaucoup déçue.

L'histoire se déroule de nos jours à San Diego. Nadia, une jeune fille intelligente et belle de 18 ans, a une aventure avec Luke, le fils du pasteur de la communauté noire et religieuse dans laquelle elle vit. Lorsqu'elle découvre qu'elle est enceinte, elle décide d'avorter et vit difficilement l'absence de Luke à ses côtés lors de cette épreuve.

jeudi 26 octobre 2017

De l'ardeur : Histoire de Razan Zaitouneh, avocate syrienne de Justine Augier


Date de parution : septembre 2017 chez Actes Sud
Nombre de pages : 320

Voici un document que j'ai lu dans le cadre du jury du grand prix Elle 2018. Une très belle découverte...

Razan Zaitouneh est une avocate et journaliste syrienne qui a disparu en décembre 2013 à Douma, une ville de la banlieue de Damas, elle a été enlevée avec trois de ses compagnons, Samira, Wael et Nazem, par des islamistes intégristes. Dissidente, spécialisée dans la défense des prisonniers politiques, c'est une des figures de la révolution syrienne.

mardi 24 octobre 2017

Les jouisseurs de Sigolène Vinson



Date de parution : août 2017 aux Éditions de l'Observatoire
Nombre de pages : 192 

Olivier n'arrive plus à écrire depuis cinq ans. En panne d'inspiration cet écrivain dérobe dans un musée un automate "L'écrivain" pour qu'il compose le livre qu'il ne parvient pas à écrire. Une fois installé chez lui, quand Olivier actionne l'automate, celui-ci trempe sa plume dans son encrier et déroule le premier chapitre d'un roman retraçant le destin d’un couple (Ole et Léonie) qui traversait le désert dans une caravane au début du 20ème siècle, dans le Maroc de Lyautey. Dans cette caravane Winterlig le couple transportait de l'alcool frelaté qui rendait aveugle.

vendredi 20 octobre 2017

Surface de réparation d'Olivier El Khoury




Date de parution : août 2017 chez Notabilia
Nombre de pages : 160

Malgré son titre et sa couverture, ce roman ne porte pas sur le foot même si ce sport y occupe une certaine place. Le narrateur, dont le nom ne nous est jamais donné, est un jeune arabe vivant en Belgique. Issu d'un milieu privilégié, il est érudit et passionné de foot, il a reçu de son père la passion du club de foot de Bruges, fardeau dont il ne parvient pas à se débarrasser.

Olivier El Khoury raconte en dix-sept anecdotes le parcours chaotique de ce jeune en route vers l'âge adulte, c'est une sorte d'anti-héros obsédé par le sexe, l'alcool et le foot qui accumule de multiples déboires.

jeudi 19 octobre 2017

Mon père, ma mère et Sheila d'Eric Romand

Date de parution : août 2017 chez Stock
Nombre de pages : 112
 
Voici un récit purement autobiographique dans lequel Eric Romand nous relate son enfance. Eric est issu d’un milieu très modeste. Ses parents assez rustres, racistes quand l’occasion se présente, vivent dans la banlieue lyonnaise, le père boit et se montre parfois violent. Ils finissent par divorcer lorsqu‘Éric est jeune adolescent, le jeune garçon part vivre chez son père et sa sœur Nadine va vivre avec leur mère. 

Eric découvre Sheila à la télé, elle devient son idole et l'imite devant son miroir malgré les moqueries de ses copains de collège. En proie aux railleries de son entourage pour son manque de virilité, Eric souffre en silence car il vit dans un milieu dans lequel on ne parle pas de ces choses-là même si personne n’est dupe de son attirance pour les garçons.

mercredi 18 octobre 2017

Deuxièmes sélections des prix littéraires d'automne

Les sélections des différents prix littéraires attribués cet automne sont sorties.

mardi 17 octobre 2017

La veuve des Van Gogh de Camilo Sanchez


Date de parution : mai 2017 chez Liana Levi
Nombre de pages : 153

Après avoir dévoré deux titres passionnants sur les derniers mois de la vie de Vincent Van Gogh (La valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia et surtout Vincent qu'on assassine de Marianne Jaéglé ) la lecture de ce nouveau roman s'imposait à moi. Camilo Sanchez, un auteur argentin, y relate les mois qui ont suivi la mort de Vincent et la façon dont Johanna Van Gogh a fait connaitre l’œuvre de son beau-frère.

Johanna Van Gogh, la femme de Théo, tenait un journal intime, elle y a fixé les moments importants de sa vie. Ce journal a constitué un précieux matériau pour l'auteur qui entrecoupe son récit d'extraits des écrits de la jeune femme.

dimanche 15 octobre 2017

Légende d'un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant


Date de parution : 17 août 2017 aux éditions Héloïse d'Ormesson
Nombre de pages : 544

Lu avant sa parution cet été, j'ai relu ce roman une deuxième fois (ce que je fais très exceptionnellement) et j'ai pu ainsi en savourer les multiples détails.

Gaëlle Nohant nous offre ici une biographie romancée de Robert Desnos, le "dormeur éveillé" né en 1900 et décédé en 1945. Elle dit avoir pour ambition de "rejoindre la vérité par le biais de la fiction, ou en tout cas une vérité possible". Le récit couvre la période de la vie de Desnos de 1928 à 1945, date de la disparition du poète mort du typhus dans un camp de concentration en 1945.

samedi 14 octobre 2017

Mademoiselle, à la folie ! de Pascale Lécosse



Date de parution : septembre 2017 aux Éditions de la Martinière
Nombre de pages: 124

Catherine, une très célèbre comédienne de 48 ans, glisse progressivement dans des ténèbres dont elle ne sortira pas. Le récit qui couvre une période de quelques mois, de septembre à Noël, fait alterner la voix de Catherine et celle de Mina sa fidèle assistante depuis 18 ans.
Catherine perd le fil de ses pensées, par moments ne reconnaît plus ses proches, cherche ses mots, ses idées..." Comme une armée en déroute, les mots désertent, les idées sortent des rangs pour me livrer bataille", elle consigne dans un carnet ce qu'elle vient de faire pour s'en souvenir et ce qu'elle a à faire.

jeudi 12 octobre 2017

Imago de Cyril Dion



Date de parution : août 2017 chez Actes Sud
Nombre de pages :208

Le roman débute par une scène insoutenable au cours de laquelle un nouveau-né est arraché des bras de sa mère à la maternité. Ensuite différents personnages nous sont présentés, Nadr et son frère Khalid des palestiniens qui vivent dans un camp de la bande de Gaza. tous deux réagissent très différemment au conflit israélo-palestinien et au blocus qu'ils subissent. Khalid choisit la lutte armée car cette nouvelle guerre qui sévit au Moyen Orient engendre de telles violences entre Israël et les territoires que les islamistes n'ont aucun mal à recruter. Quant à Nadr, il cherche à échapper à l'enfermement de Gaza par la lecture de poésie qui lui apporte une liberté intérieure et donne un certain sens à sa vie.

mercredi 11 octobre 2017

Grand prix des lectrices Elle 2018 - Sélection du jury de janvier

Le Grand Prix des lectrices Elle, suite !


Voici les titres des 7 livres sélectionnés pour le jury de janvier, encore de nouvelles idées de lecture... : 

mardi 10 octobre 2017

Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable


Date de parution : août 2017 chez Gallimard
Nombre de pages : 272

Une succession de hasards conduit François-Henri Désérable à Vilnius en Lituanie où il tombe sur une plaque commémorative au 18 de la rue Grande-Pohulanka où Romain Gary a vécu de 1921 à 1925, Vilnius s'appelait Wilno à l'époque et Romain Gary s’appelait encore Roman Kacew.

François-Henri Désérable a lu et relu "La promesse de l'aube" de Romain Gary à dix-sept ans, ce texte était au programme de son bac de français, une phrase rejaillit de sa mémoire concernant un certain Mr Piekielny, un homme mis en lumière le temps d'un chapitre de ce roman.
La mère de Romain Gary était convaincue du grand avenir qui attendait son fils qu'elle élevait seule, elle lui assignait un destin de grand écrivain et le disait à tous leurs voisins. L'un d'entre eux, Monsieur Piekielny fait promettre au jeune Gary de dire à tous les gens importants qu'il rencontrera dans sa vie  "au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait Mr Piekielny ".
François-Henri Désérable décide de partir à la recherche de cet homme, il veut découvrir ce qu'il est devenu et se rend plusieurs fois en Lituanie. Les seuls éléments fournis par Romain Gary indiquent qu'il ressemblait à une souris triste avec une barbiche roussie par le tabac. L'écrivain sait simplement qu'il est mort assassiné par les nazis.

lundi 9 octobre 2017

La serpe de Philippe Jaenada


Date de parution : août 2017 chez Julliard
Nombre de pages : 648

Philippe Jaenada a entendu parler d'Henri Girard par son ami Manu, père d'un copain de son fils.  Henri Girard, grand-père de Manu, a écrit "Le salaire de la peur" sous le pseudonyme de Georges Arnaud publié chez Julliard, maison d'édition que Philippe Jaenada connaît bien. Mais c'est surtout un homme qui a été soupçonné en octobre 1941 d'avoir massacré à coups de serpe son père, sa tante et la bonne dans le château familial d'Escoire dans le Périgord, Henri avait alors vingt-quatre ans. Seul survivant dans un château dont toutes les portes étaient fermées et où aucune effraction n'a été constatée, Henri était le seul héritier et deux jours plus tôt, il avait emprunté l'arme du crime aux gardiens du château. Pourtant, défendu par Maurice Garçon, un grand avocat parisien, il sera acquitté au terme d'un procès retentissant. C'est donc à un fait-divers sordide jamais élucidé et à un personnage pour le moins antipathique que s'attaque l'auteur qui s'est plongé dans les archives de l'affaire et a reconstitué l'enquête.

dimanche 8 octobre 2017

Nulle part sur la terre de Michael Farris Smith



Date de parution : aout 2017 aux Éditions Sonatine
Nombre de pages : 361

J'ai lu ce roman noir américain dans le cadre du jury Elle, il a été sélectionné par le jury d'octobre.

Cette histoire tourne autour de deux personnages, Maben et Russel.
Maben est une jeune femme qui marche seule avec sa petite fille sur une route de Louisiane. Elle revient dans la ville qu'elle a quittée quelques années plus tôt. Complètement démunie, elle n'a nulle part où aller. Russel revient chez lui après avoir purgé une peine de prison de onze ans, il pense avoir réglé sa dette mais va se heurter au désir de vengeance de certains.
Dans cette région désolée de l'Amérique, un meurtre va se produire, un policier est retrouvé tué par son propre révolver.

samedi 7 octobre 2017

Grand prix des lectrices Elle 2018 - Livres retenus par le jury de novembre

Voici les titres des 3 livres sélectionnés par le jury de novembre :

vendredi 6 octobre 2017

Barbara, roman de Julie Bonnie


Date de parution : septembre 2017 chez Grasset
Nombre de pages : 198

"Joue, piano, joue."

Barbara, voix incontournable de la chanson française…
Julie Bonnie nous raconte ici, de façon romancée, la Barbara de l'avant-succès quand elle s'appelait encore Monique Serf et nous révèle la femme qui était derrière cette artiste tourmentée. Le récit commence en 1938, Monique a huit ans et n'est pas intéressée par l'école, elle veut devenir pianiste.
Sa famille est pauvre et déménage souvent. Entre un père toujours absent et une mère qui pleure beaucoup, Monique vit avec ses frères et sœurs une enfance où rien n'est jamais expliqué aux enfants.
Pendant la guerre, cachée de maison en maison avec son frère aîné, elle ne manque de rien sauf d'affection et d'explications et vit dans une inquiétude permanente.

lundi 2 octobre 2017

Femme à la mobylette de Jean-Luc Seigle



Date de parution : août 2017 chez Flammarion
Nombre de pages : 228

Reine sort d'une nuit sans sommeil, une nuit d'épouvante, avec une terrible question : a-t-elle mis fin à la vie de ses enfants? Cette jeune femme de trente-cinq ans, orpheline et qui a été élevée par sa grand-mère communiste, est perdue depuis qu'une succession de malheurs l'a frappée, il y a d'abord eu la perte de son travail suivie d'un chômage de trois ans puis le départ de son mari. Ses mains sont devenues inutiles depuis qu'elle ne peut plus mettre à profit son don de couturière, son métier est en voie de disparition depuis l'invasion de produits fabriqués en Chine, en Corée ou au Maghreb. Fort heureusement, ses trois enfants, qu'elle voit comme un "monstre à trois têtes", descendent de leur chambre et la rejoignent bientôt dans la cuisine, l'aîné n'a pas encore dix ans.

dimanche 1 octobre 2017

Sélections Prix littéraires d'autômne 2017

Lors de la rentrée littéraire sont publiés cette année, entre mi-août et fin octobre 2017, 390 romans français (dont 81 premiers romans) et 191 romans étrangers soit un total de 581 romans

La plupart des sélections des différents prix littéraires attribués cet automne sont sorties.

ROMANS FRANCAIS

8 titres apparaissent dans au moins 4 listes

    samedi 30 septembre 2017

    Bilan de mes lectures de septembre 2017

    Les dix-huit livres chroniqués en septembre correspondent à mes lectures du mois mais aussi à quelques livres lus cet été. Et ce n'est pas fini car je vais continuer à publier tout au long du mois d'octobre des chroniques de mes lectures d'été auxquelles s'ajouteront celles de mes lectures d'octobre.







    • Deux voix pour raconter deux destins, un premier roman magnifique : Et soudain, la liberté d'Evelyne Pisier et Caroline Laurent
    • Une magnifique fresque familiale pour nous raconter le destin des Harkis : L'art de perdre d'Alice Zeniter
    • Un roman hommage aux mineurs au travers du drame de Liévin : Le jour d'avant de Sorj Chalandon
    • Dans la peau d'un agent double : Le sympathisant de Viet Thanh N'Guyen


    vendredi 29 septembre 2017

    Mes correspondances de Manosque - septembre 2017



    Les correspondances de Manosque, dans la ville natale de Giono, est un festival fondé sur la rencontre et l’échange, il se déploie dans trois directions principales :

    – Donner la parole aux auteurs à travers des exercices inédits : lectures, lectures croisées, performances, mais aussi rencontres sur les places de la ville.
    – Mettre la littérature en correspondance avec d’autres formes artistiques en faisant aussi appel à des comédiens, des musiciens, des plasticiens pour des créations originales.
    – Concevoir un vaste parcours d’écriture à travers une centaine "d'écritoires" pour investir la place publique, redécouvrir le plaisir de l’échange et envoyer des milliers de lettres.

    Cette année je n'ai pu assister à ce festival que le jeudi 21 et le vendredi 22 septembre. Voici les moments forts que je retiens de ces deux jours :