jeudi 5 janvier 2017

Ce que tient ta main droite t'appartient de Pascal Manoukian



Date de parution : 5 janvier 2017 aux Éditions Don Quichotte
Nombre de pages : 285

Voyage au pays de l'embrigadement

Premier coup de coeur de l'année! Et je suis ravie que ce soit pour Pascal Manoulian, auteur que j'ai découvert avec son inoubliable Les échoués.

Charlotte fête sa grossesse avec ses deux amies d'enfance à la terrasse d'un café parisien où doit la rejoindre Karim lorsqu'elle est victime d'un attentat qui fait 18 morts et 42 blessés.
Pascal Manoukian nous plonge dès le début de son roman dans l'insoutenable avec un réalisme hors du commun.

Dévasté par la mort de Charlotte et la perte de leur enfant, Karim, monteur pigiste pour la télé, se rend compte que l'un des auteurs de l'attentat est Aurélien, un jeune français qui était en classe avec lui en CM2.
Pascal Manoukian décortique l'enchaînement inéluctable qui a entrainé Aurélien vers l'embrigadement avec sa prise en main par cinq barbus qui lui infligent du sport à outrance, des privations et des nuits à ânonner "avec une paille plantée dans le cerveau" avant le départ pour la Syrie.

Animé par la haine et un désir de vengeance, pour "affronter le monstre, lui couper la tête ou perdre la sienne" Karim veut infiltrer Daech et s'inscrit sur Facebook avec un pseudo bien choisi et après quelques échanges devient ami sur Facebook d'Abou Walid, membre de Daech. Tout cela est d'une facilité plus que déconcertante !

C'est très vite le départ pour la Syrie via Molenbeek, quartier musulman de Bruxelles, et la Turquie en compagnie d'autres français attirés par la promesse d'un bonheur vanté sur internet, il y a là Lila une jeune fille de 16 ans et un couple Anthony et Sarah avec leur fils Adam âgé seulement de 2 ans 1/2. Un périple où ils mettent leur vie entre les mains de passeurs et croisent de multiples réfugiés qui eux fuient la Syrie.

A peine arrivés en Syrie, ils sont plongés immédiatement dans l'horreur d'une scène de guerre puis envoyés en camp d'entraînement, passage obligé pour les soumettre, briser les volontés à coups de   dressages, de brimades  "On leur a trépané la mémoire, les instructeurs n'ont plus qu'à y plonger les doigts pour la reprogrammer."

Ce roman met en évidence les ravages d'internet où les promesses d'un paradis attirent des gens qui ne se voient plus d'avenir dans leur pays et considèrent la France comme une terre de mécréants. On les persuade que là-bas ils auront tout, là-bas Ce que tient ta main droite t'appartient.
" Al-Qaïda vivait à l'âge des cavernes dans les grottes de Tora Bora, Daech vit du buzz et des réseaux."

Quel plaisir de retrouver la plume de Pascal Manoukian qui fait un clin d’œil à son précédent roman en introduisant deux des personnages des échoués dans ce nouveau roman ! 

Le récit est bien documenté, Pascal Manoukian livre quelques éléments historiques et propose quelques pistes pour analyser l'évolution de la société avec la disparition du vrai journalisme la profession étant tirée vers le bas, il accuse la multiplication des chaînes de télé au contenu vide d'engendrer une génération sans cervelle (Hanouna n'est pas épargné...) "On leur raconte tellement de conneries à la télévision qu'ils ne croient plus qu'en Internet". " L'inculture est le terreau de tous les fanatismes."

C'est un livre très dur que je n'ai pu lire qu'à petites doses. Pascal Manoukian fait prendre à son héros le chemin complètement inverse de celui d'Antoine Leiris avec son crédo " Vous n'aurez pas ma haine ".

En peu de mots précis souvent glaçants Pascal Manoukian décrit un obscurantisme qui conduit tout droit à la barbarie, il évoque de multiples morts en quelques mots brefs et secs sans s'étendre, on sent qu'il décrit des scènes vécues lors de son passé de grand reporter de guerre.
Le propos est effrayant, d'un réalisme insoutenable mais nécessaire et nous place face à notre impuissance.


Citations
" Tout l'art consiste à faire accepter le premier pas. Il est fatal. Il éloigne de tout, coupe du monde, de la famille, des repères, du retour aussi. C'est comme ces pièges à guêpes en entonnoir. Elles y rentrent et ne savent plus en sortir."

" Ça sert à çà, la propagande, à rallier ou à terroriser."

" L'imagination est une arme dangereuse, la littérature, c'est la liberté d'inventer d'autres mondes, or il n'en existe qu'un seul comme il n'existe qu'un seul livre, celui de Dieu. "

" Le Coran devrait se vendre en version annotée, commentée, et être lu avec modération . Ça éviterait bien des hécatombes. "

" La guerre fabrique des lâches ou des héros, et ceux qui la gagnent à la fin n'ont pas toujours les mains plus propres que ceux qui la perdent, mais la victoire absout leurs crimes et les transforme en actes de courage."

"Le Coran et la paranoïa sont les deux piliers de Daech."



Merci aux Éditions Don Quichotte pour cette lecture en avant-première


L'auteur 


Pascal Manoukian est journaliste grand reporter, il a couvert la plupart des grands conflits qui ont secoué la planète entre 1975 et 1995.
Il est directeur éditorial de l'agence de presse Capa et auteur.


Lu du même auteur
pour accéder à ma chronique, cliquer ici


2ème contribution au Challenge Rentrée Hiver 2017 organisé par Laure de MicMelo
 

18 commentaires:

  1. Mais ce début d'année est plein de coups de cœur. Je note ce titre même si j'avais été un peu emballée que la moyenne sur l'écriture de son premier roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par contre il faut savoir qu'il est extêment dur, prévois un feel good derrière !

      Supprimer
  2. Merci pour votre fidélité et à très bientôt j'espère. Pascal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Pascal Manoukian pour ce passage sur mon blog.
      Votre livre est vraiment magistral et mérite d'être largement découvert comme cela avait été le cas avec les échoués. J'espère que celui-ci bénéficiera d'une meilleure couverture médiatique.
      Je vais surveiller vos passages en librairie dans ma région car j'aimerai beaucoup vous entendre en parler!

      Supprimer
  3. Il m'attend, j'ai peur et à la fois très envie de me lancer...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il est très dur, je n'ai pu le lire que par petites doses mais il vaut vraiment le coup.

      Supprimer
  4. Il faudra que je lise un jour l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur maître dans le traitement des sujets d'actualité, j'attends déjà son prochain roman avec impatience!

      Supprimer
  5. Tout à fait dans la lignée des Echoués, donc. Tout cela confirme mon souhait de le lire !

    RépondreSupprimer
  6. Quel bouquin, mais quel bouquin !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis Stephie... on n'est pas prêtes de l'oublier celui là!

      Supprimer
  7. Je me laisserai peut-être tenter comme par Les Échoués.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, il est encore plus fort que les échoués.

      Supprimer
  8. Je n'ai toujours pas lu Les échoués mais je vais le faire bientôt je pense. J'en ai tellement entendu de bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est inoubliable. Pascal Manoukian sait traiter les sujets d'actualité avec beaucoup d'empathie

      Supprimer
  9. Je viens de le commencer et je ne peux plus m'arrêter déjà... Aussi captivant que les échoués !

    RépondreSupprimer
  10. Encore un livre que tu ne peux plus lâcher!
    Çà ne m'étonne pas qu'il te plaise...

    RépondreSupprimer