mardi 28 février 2017

Bilan de mes lectures de février 2017

En février, en plus de mes lectures du mois, j'ai chroniqué des livres lus en janvier pendant une période de vacances, avec toutes ces chroniques j'ai battu tous mes records de coups de cœur : 5 !

 



  • Un roman terriblement efficace : Un fils parfait de Mathieu Ménégaux
  • La découverte d'une très belle plume, un roman poignant : La téméraire de Marine Westphal (premier roman - sélection des 68 premières fois)
  • Un roman puissant et poétique de Carole Zalberg : Je dansais
  • Un roman magistral du dramaturge Wouadji Mouawad : Anima
  • Un roman puissant, grave et dense: Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
 


lundi 27 février 2017

Le garçon de Marcus Malte



Date de parution : août 2016 chez Zulma
Nombre de pages : 528

Prix Fémina 2016

Nous sommes en 1908 dans le sud de la France, Le garçon a 14 ans, il ne parle pas, il ne connaît de l'espèce humaine que sa mère et un colporteur qui s'était approché un jour de leur cabane. Il vit avec sa mère une vie sans aucun contact avec la civilisation.
A la mort de sa mère le garçon se retrouve dans la solitude et la dénuement. Il part à moitié nu, se laisse guidé par son instinct, préoccupé par la recherche de nourriture, d'eau et de lieux où se reposer. C'est un animal parmi les animaux qui se sert de son odorat pour se guider. "L'ennemi est d'autant plus effrayant qu'il en ignore la nature." Il n'a pas conscience qu'il appartient à l'espèce des hommes, il observe les hommes, caché à la lisière des habitations et tente de reproduire leurs gestes.

C'est alors la première rencontre avec un cheval puis avec un groupe d'humains, le garçon les perçoit comme la "femme-musaraigne", "l'enfant-ver", la "femme-mante", "l'enfant-crapaud", "l'homme- chêne"... Adopté par l'enfant-torrent, l'idiot du village, il devient valet de ferme dans cette communauté où il manifeste sa soif d'apprendre, sa soif de reconnaissance aspirant à devenir l'un des leurs. Ensuite après une période d'errance, il rencontre Brabek, l'ogre des Carpates, lutteur de foire, un personnage particulièrement émouvant. Le garçon devient son assistant et se nourrit des paroles de Brabek qui déchiffre et commente la vie pour lui.

vendredi 24 février 2017

Presque ensemble de Marjorie Philibert




Date de parution : janvier 2017 chez JC Lattès
Nombre de pages : 376


Tout commence le 12 juillet 1998. En pleine finale de la coupe du monde de foot, Victoire et Nicolas se rencontrent dans un bar à Paris. Nicolas, 19 ans, est étudiant en sociologie, c'est un solitaire peu à l'aise avec les filles qui a très d'expérience dans ce domaine. Il profite d'assister à cette finale du Mondial dans un bar pour tenter de se rapprocher physiquement des filles supportrices. Victoire, étudiante en psycho, est née le 10 mai 81, le jour de la victoire de François Mitterrand. Nicolas et Victoire s'installent très vite ensemble.
Ce roman nous raconte leur histoire, c'est l'histoire ordinaire d'un couple ordinaire qui s'installe vite dans la routine du quotidien avec la tendresse qui remplace vite le sexe et l'apparition des pantoufles...

A l'issue de leurs études, ils rentrent mollement dans la vie active, sans vocation et sans ambition,  elle dans une agence de communication et lui comme rédacteur dans une revue de sociologie sur internet. Pas du tout investis dans leur vie professionnelle, ils mènent une vie étriquée sur tous les plans et ne parviennent pas à donner un sens à leur vie.

Nicolas et Victoire sont un peu des anti-héros assez médiocres, sans ambition, apathiques qui enchainent frustration et résignation. "Leur couple finit par prendre tout entier la place des idéaux qui leur manquaient tant. Il était devenu un refuge où ils se sentaient à l'abri de la vie."

jeudi 23 février 2017

Prix France Télévisions 2017 - La sélection

Six romans et six essais ont été choisis pour le Prix Essai et le Prix Roman France Télévisions 2017 par le jury de sélection, présidé par François Busnel (La Grande Librairie). Comme chaque année, c'est un jury composé de 15 téléspectateurs qui désignera les lauréats. Les deux prix seront annoncés en direct dans La Grande Librairie du 23 mars prochain.


Romans :
  • Tropique de la violence  ,  Nathacha Appanah (Gallimard)
  • Trois ex, Régine Detambel (Actes Sud)
  • La Sonate à Bridgetower (Sonata Mulattica),  Emmanuel Dongala (Actes Sud)
  • Denise au Ventoux,  Michel Jullien (Verdier)
  • Continuer, Laurent Mauvignier (Les Editions de Minuit)
  • Apatride, Shumona Sinha (Editions de L’Olivier )

Essais :
  • Histoire mondiale de la France Patrick Boucheron (Collectif – Seuil)
  • De l’âme, François Cheng (Albin Michel)
  • La nuit. Vivre sans témoin, Michaël Foessel (Autrement)
  • Mes mille et une nuits. La maladie comme drame et comme comédie,  Ruwen Ogien (Albin Michel)
  • Tuer le cancer, Patrizia Paterlini-Bréchot (Stock)
  • Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson (Gallimard)

L'an dernier, le prix Roman a été décerné à Olivier Bourdeaut pour "En attendant Bojangles"  et le Prix Essai à Mathias Malzieu pour "Le journal d'un vampire en pyjama".

mercredi 22 février 2017

Les parapluies d'Erik Satie de Stéphanie Kalfon



Date de parution : février 2017 aux éditions Joëlle Losfeld
Nombre de pages : 211

" On n'envie jamais les gens tristes"  c'est ainsi que commence ce roman.
Renvoyé à 17 ans du Conservatoire, le compositeur et pianiste français Erik Satie s'y démarquait par son insolence, son refus de respecter les règles et sa singularité, rêveur il était considéré comme un cancre. " Ici, on exécute la musique! Il n'y a pas de vérité en art : Les compositeurs ne doivent pas être esclaves des règles." écrit-il en lettres noires sur le fronton du Conservatoire. 
Ce rejet le marquera à vie  " Ils ont fait de lui un être défait. Un être en ruine.". Il trainera toute sa vie un terrible besoin de reconnaissance, se demandant  "À quel âge est-il trop tard pour devenir quelqu'un?"

Erik Satie est dépeint comme un être contemplatif "Il enfilait de l'ennui à l'ennui " et solitaire. Frappé d'insomnies, il marche la nuit, dort le jour, flâne et boit de l'absinthe. Il cache sa mélancolie sous une certaine fantaisie, et adopte un habillement provocateur loin des conformismes de l'époque.
Il est aussi entier et  intransigeant " Rien ne le blesse davantage que de partager un bon moment avec un être qui n'en garde qu'un souvenir vague, voire aucun."
C'est un homme plein de paradoxes qui malgré son extrême timidité est capable de coups d'éclats comme lorsqu'il parvient à se faire engager dans un bar.
Un homme marqué par la mort de sa sœur Diane à l'âge de 8 mois , la mort de sa mère et de sa grand mère à Honfleur, des morts qui l’obséderont toute sa vie...
Erik Satie a le goût de la nuit et de la liberté et traine avec une bande d'artistes Alphonse Allais, le poète Contamine avec qui il partage un costume. Il rencontre aussi Debussy avec qui il va entretenir une amitié de 30 ans.

mardi 21 février 2017

Jeux de miroirs de E.O. Chirovici

O

Date de parution : janvier 2017 aux éditions les Escales
Nombre de pages : 304

Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit les premiers chapitres d'un manuscrit de Richard Flynn intitulé Jeux de miroirs, l'écrivain a joint à son envoi une lettre de présentation qui intrigue Peter. 
Le personnage principal de ce manuscrit est le professeur Joseph Wieder, un ponte de la psychologie cognitive de Princeton, sommité du monde universitaire, brutalement assassiné en 1987. Son meurtre n'a jamais été élucidé.
Peter est très intéressé par ce texte, espérant que ce récit apporte des révélations sur cette affaire car Richard Flynn, lorsqu'il était étudiant, a côtoyé le professeur dans les derniers mois de sa vie. Il pense tenir entre ses mains un futur best-seller.
Grâce à sa colocataire Laura Baines dont Wieder supervisait le travail de recherche, Flynn avait trouvé en 1987 un petit boulot chez Wieder pour financer ses études : il était chargé de l'archivage électronique de l'énorme bibliothèque du professeur. Laura et Flynn  disposaient tous deux de la clé de la maison de Wieder.
Wieder était un homme étrange qui exerçait une sorte de mélange de fascination et de répulsion sur son entourage.

Mais quand Peter veut récupérer la suite du texte auprès de Richard, c'est trop tard, celui-ci vient de décéder et la suite du manuscrit reste introuvable...
Peter embauche alors un journaliste John Keller et lui confie la mission de rechercher le fameux manuscrit, d'élucider l'affaire ou d'inventer la suite à partir des premiers chapitres.

lundi 20 février 2017

Une femme au téléphone de Carole Fives





Date de parution : janvier 2017 chez Gallimard
Nombre de pages : 98

Charlène, 62 ans, se sent très seule et harcèle sa fille au téléphone. Le livre est constitué de ses propos et des innombrables messages qu'elle lui laisse en rafale sur son répondeur sans jamais que les réponses de sa fille ne soient citées.

Pathétique, culpabilisante à l'envie, "Une mère, on n'en a qu'une, vous devriez en profiter", jouant  sur la corde sensible quand elle est soignée pour un cancer, on découvre au bout de quelques pages qu'elle est bipolaire.
C'est donc de l'hôpital où elle est soignée pour son cancer, de l'hôpital psychiatrique où elle est soignée pour sa bipolarité qu'elle appelle sa fille. Lorsqu'elle est de retour chez elle, elle lui raconte avec de menus détails ses recherches sur les multiples sites de rencontre auxquels elle reste connectée des nuits entières et ne lui épargne aucune de ses histoires de sexe.

jeudi 16 février 2017

Vie de ma voisine de Geneviève Brisac


Date de parution : janvier  2017 chez Grasset
Nombre de pages :180


Geneviève Brisac nous raconte ici la vie de sa voisine. Suite à un déménagement, elle a rencontré cette voisine, "Eugénie, dite Jenny, dite Nini", institutrice de classe préparatoire, née en 1925. Jenny l'aborde un jour pour lui parler de Charlotte Delbo car elle a entendu Geneviève Brisac parler de cette résistante dans une émission. 
Réunies par l'amour des livres, très vite Geneviève Brisac et Jenny se lient d'amitié. Peu à peu Jenny va lui confier son histoire et Geneviève Brisac va écouter, questionner et accompagner, "elle réinvente le plus loyalement possible la vie de Jenny"

Dans le récit leurs voix se fondent, " les temporalités et les topographies" se mêlent, aboutissant à un  texte serré, haché.

Les parents de Jenny étaient des émigrés juifs polonais, militants politiques. Son père l'emmenait en manifestation alors qu'elle n'avait que 9 ans, avec ses parents elle a vu arriver les mesures anti-juives en 1936.
Leur vie bascule le 16 juillet 1942 lorsqu'un ancien voisin policier frappe à leur porte et les arrête. C'est la rafle du Vel d'Hiv...

mercredi 15 février 2017

68 premières fois c'est reparti ! - Sélection rentrée d'hiver 2017

Les 68 premières fois, c’est :

– De la curiosité  (découvrir de nouveaux auteurs, défricher de nouveaux territoires…)

– Du partage (promouvoir, échanger autour des premiers romans avec un collectif de lecteurs…)

– Une ambition  (faire vivre les livres dans des lieux autres que les librairies, vers des publics non acquis comme en prison, sous des formes moins conventionnelles)

– Une organisation  (une association loi 1901, partenariats avec notamment Babelio et Page des libraires, des animations et des rencontres…)

– et un blog  


Nous sommes une cinquantaine à participer à cette édition 2017. Nous allons lire, chroniquer, débattre, faire circuler les premiers romans sélectionnés par Charlotte, Eglantine et Nicole. 

Voici leur sélection qui va être enrichie au fur et à mesure de leurs coups de cœur à l'occasion des sorties de printemps. Pour l'instant j'ai déjà lu (et aimé !) certains des romans de cette belle sélection...


- Marguerite de Jacky Durand
- La sonate oubliée de Christiana Moreau
- Presque ensemble de Marjorie Philibert
- Outre-mère de Dominique Costermans
- Principe de suspension de Vanessa Bamberger
- Ne parle pas aux inconnus de Sandra Reinflet
- Marx et la poupée de Maryam Madjidi 
- La téméraire de Marie Westphal
- Nous, les passeurs de Marie Barraud
- Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Baruck
- Mon ciel et ma terre de Aure Atika
- Les parapluies d'Erik Satie de Stéphanie Kalfon


mardi 14 février 2017

La téméraire de Marine Westphal


Date de parution : janvier 2017 chez Stock
Nombre de pages : 144

"C'est cela l'amour, tout donner, tout sacrifier sans espoir de retour." Albert Camus


Dès les premières pages ce qui m'a frappée dans ce roman c'est la beauté du style de l'auteure, sa plume délicieusement poétique. Et c'est son premier roman...

Sali et Bartoloméo sont mariés depuis 36 ans lorsque Bartoléméo est victime d'un AVC. Ce bel homme de 58 ans solidement bâti se retrouve " Tête sans lumière, corps chiffon, passé gommé.".
Amoureux de la nature, il était garde moniteur d'une  réserve naturelle, sa devise était "Respecter la nature et écouter tout ce qui vit." Chargé de la fiabilité et de la propreté de sentiers de randonnée dans les Pyrénées, c'est sur un de ses chers sentiers qu'il a eu son attaque.

De retour à la maison, sans espoir d'évolution de son état végétatif, il est veillé par Sali qui ne le quitte pas et dort contre lui dans le lit médicalisé installé dans le salon. Sali ne s'accorde pas le droit de s'occuper d'elle. " Une à une, elle avait repassé et plié leurs habitudes et les avait rangées, tassées bien profond pour avancer". Sa vie est faite de petits attentions, comme celle de choisir la température de l'eau qui va servir à la toilette de son mari faite par Olga, l'infirmière.

lundi 13 février 2017

Prends le temps de penser à moi de Gabrielle Maris Victorin



Date de parution : janvier 2017 chez Grasset
Nombre de pages : 122

Bernard Maris est un économiste qui a trouvé la mort dans l'attentat de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, il rédigeait des chroniques dans le journal satirique sous le nom d'Oncle Bernard.

Sa fille Gabrielle se réapproprie ici son père qui a fait l'objet de multiples hommages publics. Elle livre son témoignage en y mêlant ses souvenirs d'enfance au choc de la tragique journée du 7 janvier.

Ce jour là elle a ressenti qu'il s'était passé quelque chose de grave, elle s'est sentie mal, angoissée. C'est ensuite, scotchée à sa télé, qu'elle va apprendre la tragique nouvelle.

En égrenant les souvenirs d'une enfance heureuse, les moments partagés en famille, elle recherche aussi les racines de son père et retrace sa vie contenue dans les photos. 

dimanche 12 février 2017

Article 353 du code pénal de Tanguy Viel



 

Date de parution : janvier 2017 aux Editions de Minuit
Nombre de pages : 176

Dans ce roman le crime est exposé dès les premières pages et son auteur identifié. En effet le récit commence par une scène où Martial Kermeur jette à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec lors d'une sortie en bateau.

Déféré devant un jeune juge d'instruction, Kermeur raconte comment il en est arrivé là, l'ensemble du livre se passe en un huis-clos avec pour seul narrateur Kermeur, le juge n'intervenant qu'occasionnellement sauf à la fin.
Dans ce monologue-confession Kermeur retrace la succession d'évènements qui l'ont conduit à ce crime. Son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec.

samedi 11 février 2017

Je dansais de Carole Zalberg


Date de parution : février 2017 chez Grasset
Nombre de pages : 150

J'avais beaucoup entendu parler de Carole Zalberg mais jusqu'à présent je n'avais encore jamais eu l'occasion de la lire. J'ai découvert la profondeur de sa réflexion et la qualité de son écriture grâce à ce terrible et magnifique roman et je la classe désormais dans mes indispensables !

* Edouard, un homme au visage monstrueux, dévasté par un accident par le feu qui ne subit que des regards de gêne, de dégoût
* Marie, une gamine joyeuse de 8-9 ans, qui dansait du matin au soir
* Dans la rue un regard innocent de Marie sur ce visage monstrueux
* La construction d'un délire amoureux à partir de ce regard

vendredi 10 février 2017

Laetitia ou la fin des hommes de Ivan Jablonka


Date de parution : août 2016 au Seuil
Nombre de pages : 400

Prix Littéraire du Monde 2016
Prix Médicis 2016

Ivan Jablonka nous parle ici d'un fait divers qui s'est produit en 2011 : le meurtre de Lætitia, une jeune fille de 19 ans. 
Ce fait divers a été à l'origine d'un important débat politique, c'est presque devenu une affaire d'état.

Ivan Jablonka a mené une enquête rigoureuse sur cette affaire après avoir obtenu l'accord de Jessica, la sœur jumelle de Lætitia, condition préalable à la poursuite de son projet. Il a rencontré l'avocate de Jessica, les proches de Lætitia, les journalistes qui ont suivi l'affaire, il a étudié ses messages sur facebook et assisté au procès de son meurtrier. 

Il construit son récit en mêlant les faits, l'enquête et l'emballement médiatique avec un retour sur la vie de Lætitia qu'il veut présenter comme une personne et non pas uniquement comme une victime. 

Il veut comprendre l'existence de Lætitia, son enfance structurée par la gémellité, l'assistance éducative puis le placement en famille d'accueil. Il veut comprendre cette affaire et ses enjeux.

Il analyse la déferlante médiatique que cette affaire a provoquée, ce fait divers a en effet tenu la une des médias pendant 6 semaines et plusieurs marches blanches ont été organisées.  

jeudi 9 février 2017

Un fils parfait de Mathieu Ménégeaux



Date de parution : février 2017 chez Grasset
Nombre de pages : 234

Le combat d'une mère contre la machine judiciaire

Encore un coup de cœur ! Cette rentrée littéraire commence vraiment bien pour moi...

Quand j'ai appris que Mathieu Ménégaux sortait son deuxième roman je me suis précipitée avec toutefois une petite appréhension car le passage au deuxième roman est réputé difficile et j'ai moi-même été récemment déçue par quelques deuxièmes romans...
Son premier roman "Je me suis tue", sorti en 2015, m'avait bouleversée et j'en garde un souvenir très précis.

"Un fils parfait" raconte une histoire terrible et le plus épouvantable c'est qu'elle est inspirée d'une histoire vraie!

Daphné s'adresse par écrit à sa belle mère Elise pour lui livrer sa version de l'histoire qui vient de bouleverser sa famille.

Avec son mari Maxime, Daphné forme une famille parfaite. Maxime est drôle, prévenant, aimant et cultivé. Daphné est amoureuse et heureuse. Le couple est comblé par la naissance de Claire puis deux ans plus tard de Lucie. 
Maxime, polytechnicien, mène une brillante carrière dans une banque et Daphné tente tant bien que mal de concilier sa vie familiale avec une vie professionnelle faite de nombreux déplacements aux quatre coins de l'Europe.

Un soir Claire, 9 ans, prononce une phrase qui fait basculer leur vie... 

mercredi 8 février 2017

Anima de Wadji Mouawad

Date de parution : 2012 chez Actes Sud
Nombre de pages : 400

Le regard animal sur la monstruosité humaine

J'ai ce livre du dramaturge Wajdi Mouawad dans ma Pal depuis deux ans, une proposition de lecture commune avec Marie-Anne du blog Sur la route de Jostein m'a enfin permis de l'en sortir et je peux dire que je ne le regrette vraiment pas !

Le récit commence par une scène d'une rare violence lorsqu'à Montréal, Wahhch Debch retrouve sa femme Léonie enceinte assassinée, éventrée et violée dans des conditions particulièrement effroyables.

La surprise arrive rapidement quand on comprend au bout de quelques pages que ce sont les différents animaux de l'entourage de Wahhch qui racontent son histoire. La découverte du corps est raconté par le chat, l'enterrement de Léonie est raconté par les corbeaux... Chat, oiseau, poisson, fourmi,  araignée, boa... prennent la parole tour à tour sans jamais que l'unité du roman en pâtisse.

mardi 7 février 2017

La sonate oubliée de Christiana Moreau

 

Date de parution : janvier 2017 aux éditions Préludes
Nombre de pages : 256


Kevin et Lionella sont deux jeunes amis qui vivent en Belgique. La jeune fille d'origine italienne est passionnée de violoncelle et s'est inscrite à un concours de musique classique à Bruxelles. Elle jouera un morceau de son compositeur préféré Vivaldi mais ne parvient pas à choisir lequel.
C'est alors que Kevin déniche sur un marché aux puces un coffret contenant une partition pour violoncelle, un carnet intime et une médaille à moitié sciée. Il achète ce coffret pour l'offrir à son amie. 

Lionella adore la partition qui ressemble étrangement à une sonate de Vivaldi et décide de la jouer lors du concours. Elle se plonge dans la lecture du carnet intime écrit à partir de 1723 par Ada, une jeune fille  qui a été abandonnée à la naissance en 1705 dans un Ospedale vénitien, l'Ospedale della Piéta, institut pour jeunes filles abandonnées, orphelines ou de naissance illégitime. Ces instituts étaient de véritables écoles de musique de haut niveau. 

Antonio Vivaldi, le "prêtre roux", a été le professeur le plus célèbre de cet établissement. Ses cours sortaient les jeunes filles de la monotonie de leur vie, c'était une vraie bouffée d'oxygène dans leur éducation austère.

lundi 6 février 2017

Prix des libraires 2017 - Deuxième sélection


Voici la deuxième sélection du Prix des Libraires :

  • Histoire du lion Personne de Stéphane Audeguy (Seuil)
  • Le grand Paris d'Aurélien Bellanger (Gallimard)
  • Cœur-naufrage de Delphine Bertholon (JC Lattès)
  • Trois saisons d'orage de Cécile Coulon (Viviane Hamy)
  • Six degrés de liberté de Nicolas Dickner (Seuil)
  • Désorientale de Nagar Djavadi ( Liana Levi)
  • Règne animal de Jean-Baptiste Del Amo (Gallimard)
  • Un peu tard dans la saison de Jérôme Leroy (Table ronde)
  • Les garçons de l'été de Rebecca Lighieri (POL)
  • Marx et la poupée de Maryam Madjidi (Nouvel attila)
  • La baleine thébaïde de Pierre Raufast (Alma)
  • Equateur d'Antonin Varenne (Albin Michel)
  • Article 353 du code pénal de Tanguy Viel (Ed. de Minuit)

Lauréat 2016 : Thomas B. Reverdy avec Il était une ville
Lauréat 2015 : Léonor De Recondo avec Amours
Lauréat 2014 : Valentine Goby avec Kinderzimmer


jeudi 2 février 2017

L'ombre du sabre d'Owen Matthews


Date de parution : novembre 2016 aux Editions les Escales
Nombre de pages : 377


Ce roman commence par deux chapitres surprenants qui prennent tout leur sens à la lumière du récit. J’ai éprouvé le besoin de les relire après avoir fini le livre et je confirme que cette relecture est vraiment indispensable pour saisir la globalité de l'histoire.
Alexei est un journaliste russe qui vit à Moscou. En mars 2000 il accepte de couvrir l'évolution du conflit en Tchétchénie où il est nommé comme correspondant dans ce pays, il y fait équipe avec Youri un photographe aguerri.
Il découvre un pays devenu un tas de ruines et arrive dans un camp militaire russe dans les montagnes près d'un village tchétchène. Il y rencontre Zeliha une jeune femme tchétchène au port altier. C'est une institutrice grave et sérieuse, fille du chef du conseil du village elle est musulmane non pratiquante. Ils vivent une brève histoire d'amour.

mercredi 1 février 2017

La porte du ciel de Dominique Fortier


Date de parution : janvier 2017 aux Editions les Escales
Nombre de pages : 256

Nous sommes en Louisiane au milieu du 19ème siècle, une époque où les Etats-Unis exploitent 4 millions d'esclaves.

Le récit commence par une scène très forte : un médecin accompagnée par sa fille est en visite dans une plantation, il assiste à une scène de violence envers une petite fille noire de 8 ans qui a cherché à s'enfuir de la plantation pour retrouver sa mère et ses frères dont elle a été séparée.  Elle est habillée d'une tunique d'esclave fabriquée dans un vieux sac de farine en jute. Sur la demande pressante d'Eléanor, 8 ans également, le médecin sauve la petite fille et la ramène chez lui. 

Nous allons suivre l'histoire d'Eleanor et d'Eve. On se rend rapidement compte que le médecin a agi pour faire plaisir à sa fille car il se désintéresse très vite d'Eve. 
Quant à Eléanor, elle utilise Eve comme un jouet. Eve a d'ailleurs un statut mal défini dans sa nouvelle demeure où elle semble être une sorte de servante.