vendredi 31 mars 2017

Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette


Date de parution : février 2017 chez Denoël
Nombre de pages : 336

Dans ce nouveau roman noir, Sandrine Collette situe cette fois son récit dans un futur proche en France dans une ville qui n'est pas nommée.

Moé a quitté son île pour les beaux yeux de Rodolphe qui se montre vite sous son vrai jour, odieux et violent une fois qu'ils sont installés en Métropole. Elle doit aussi subir le racisme ambiant dans le village où ils vivent. Elle a un enfant avec un homme rencontré dans un bal, ne sait pas aimer ce bébé les premiers mois et tente de le rendre invisible pour que Rodolphe supporte sa présence, ainsi elle n'appelle jamais son fils par son prénom.

Un jour elle décide de partir dans l'espoir de pouvoir regagner Papeete. Après quelques jours passés chez une copine, c'est dans la rue puis aux urgences de l'hôpital qu'elle trouve refuge. Mais les services sociaux interviennent pour les envoyer, elle et son fils, dans un centre d'accueil où sont regroupés tous les sans-abris, tous les laissés pour compte de la société. Ce camp est une Ville-Casse, ce qui signifie que tous ces déshérités sont logés dans des voitures, la Ville-Casse est un cimetière de voitures organisé par quartiers.
Ce bidonville regroupe 8000 personnes et frappe par sa crasse, ses odeurs, la promiscuité imposée, l'intimité impossible et l'insécurité permanente, il faut toujours que les femmes se méfient  "des mains toujours à l'affût pour détrousser une jupe ou un portefeuille ". Il convient aussi de se méfier des gardiens, dans ce lieu où règne la loi de la jungle.
Moé découvre vite qu'ici chacun est appelé par le numéro de la voiture qui lui est attribué, qu'il faut travailler dans les champs et les vergers pour payer le loyer et se nourrir. Comment économiser l'argent du retour à Papeete avec le salaire de misère qui leur est octroyé, d'autant plus qu'il faut s'acquitter d'un droit de sortie exorbitant de 15000 euros?

jeudi 30 mars 2017

Prix Orange du livre 2017 - première sélection


Trente titres français de la rentrée littéraire d'hiver 2017 sont en lice pour ce prix dont la sélection est réalisée par des auteurs, des libraires et des lecteurs.
La première sélection du Prix Orange du livre 2017 a été dévoilée mercredi 29 mars
C'est la 9e édition de ce prix. 
Le jury 2017, présidé par Erik Orsenna, se compose des auteurs Vincent Message, lauréat 2016, Laurence Cossé, Benoit Duteurtre, Alain Mabanckou, Carole Martinez  et  des libraires Bénédicte Deprez (Noirmoutier), Jean-Paul Shafran (Val d'Isère) et de sept lecteurs passionnés. 
Il se réunira à nouveau le 3 mai pour établir la liste des cinq romans finalistes. Enfin, du 5 au 26 mai, les internautes voteront pour leur livre favori sur le site lecteurs.com, avant une remise du prix le 31 mai.

mardi 28 mars 2017

Principe de suspension de Vanessa Bamberger

 
Date de parution : janvier 2017 chez Liana Levi
Nombre de pages : 208 

" Car il avait beau s'agiter, tout finissait par retomber à la fin, par précipiter. Rien, non rien ne pouvait rester éternellement en suspension."

Thomas, dans le coma suite à une grosse crise d'asthme, est en réanimation veillé par sa femme Olivia. Le récit fait alterner le moment présent et la période qui a précédé son hospitalisation, nous allons donc progressivement comprendre comment il en est arrivé là.

Thomas a racheté une usine en difficulté de sa région, il est devenu le patron de Packinter, une PME qui fabrique des embouts en plastique pour inhalateur, c'est un patron un peu idéaliste, attentif au bien-être de ses 37 salariés avec qui il a instauré d'emblée le tutoiement. Un patron un brin paternaliste qui veut plaire... Contrairement à certains de ses amis il a choisi de rester en France et de se battre pour sa région touchée économiquement par le déclin industriel.

jeudi 23 mars 2017

Olivier de Jérôme Garcin

 


Date de parution : 2011 chez Gallimard
Nombre de pages : 158

Dans ce récit autobiographique, qu'il nomme "tout petit tombeau de papier", l'écrivain et journaliste Jérôme Garcin évoque Olivier son frère jumeau, 40 ans après son décès. Il s'adresse à lui tout au long du texte dans une longue conversation en forme de monologue.
Olivier est mort à l'âge de 6 ans, percuté par un chauffard sur une route de campagne "un soir doux de 1962" laissant Jérôme inconsolable.
Ils étaient des jumeaux inséparables, une fois Olivier mort, Jérôme Garcin a continué à parler en secret à Olivier, à essayer d'imaginer ce qu'il serait devenu s'il avait vécu, ce qu'il aurait pensé de lui. Olivier a été, tout au long de la vie de Jérôme, un frère à la fois terriblement absent mais aussi tellement présent. Jérôme Garcin ne nous livre pas le portrait d'un frère éternellement figé dans son enfance mais celui d'un frère qui a continué à vivre.

mercredi 22 mars 2017

Par amour de Valérie Tong Cuong


Date de parution : janvier 2017 aux Editions JC Lattès
Nombre de pages : 416

Dans ce roman Valérie Tong Cuong nous retrace le destin de deux familles au Havre pendant la deuxième guerre mondiale de juin 1940 à août 1945.
Il y a d'abord Emélie et Joffre qui forment un couple fusionnel, leurs deux enfants Jean et Lucie ont 12 et 11 ans en 1940. Emélie et Joffre sont concierges d'école.
Muguette, la sœur d'Emélie et son mari Louis ont deux enfants Joseph, 13 ans et Marline, 6 ans. Marline a arrêté de parler après la mobilisation, elle ne répond que par oui ou non à sa mère, ne dit rien aux autres, elle semble avoir peur de vivre alors que tout le monde autour d'elle a peur de mourir. Alors que Marline se protège dans son silence, son frère Joseph se cache derrière ses blagues. Muguette, vendeuse au Printemps, est assez fragile et s'abrite souvent derrière sa grande sœur qui aime la protéger. 

"Par amour" est un roman choral dans lequel chacun s'exprime à chaque nouveau chapitre, on se retrouve successivement dans la peau de l'un puis de l'autre et on découvre les ressentis, les points de vue sur la situation des adultes et des enfants.

samedi 18 mars 2017

Nous, les passeurs de Marie Barraud




Date de parution : janvier 2017 chez Robert Laffont
Nombre de pages : 182 

" Seuls ne meurent vraiment que ceux que l'on a oublié."

A la recherche du mal qui ronge sa famille, Marie Barraud entame en 2014 des recherches sur son grand-père Albert. Ce grand-père disparu en 1945 est un sujet tabou pour sa grand mère mais aussi pour son père et son oncle. Son père s'est construit dans le déni "il a étouffé l'image du héros paternel, source de son chagrin". Elle veut aussi comprendre la colère qui étouffe son père, comprendre pourquoi il en veut autant à son père de l'avoir "abandonné" en leur préférant ses malades. Elle regrette de ne pas avoir questionné sa grand mère aujourd'hui décédée, de ne pas avoir fouillé dans le grenier à la recherche d'indices... "Beaucoup de mots étaient enfermés dans les combles de cette vieille maison, attendant qu'une voix vienne les énoncer pour qu'enfin ils soient entendus."

Arrêté en avril 44 sur dénonciation, déporté en mai au camp de Neuengamme en Allemagne, Albert Barraud alors âgé de 37 ans était un chirurgien, résistant actif, chef de réseau. Pilou, le père de Marie, faisait alors ses premiers pas sous l'œil attendri de sa mère et de son grand frère Max de cinq ans son aîné.

mercredi 15 mars 2017

Les jours de mon abandon d'Elena Ferrante


 




Date de parution : 2004 chez Gallimard
Nombre de pages : 224

Fan absolue d'Elena Ferrante depuis sa saga napolitaine (L'amie prodigieuse et Le nouveau nom ) j'ai voulu découvrir ce qu'elle avait écrit avant cette série.

Olga, 38 ans, est mariée et a deux enfants. Sa vie bascule le jour où son mari la quitte sans aucun signe annonciateur. Elle passe alors par plusieurs étapes, cherche d'abord à le récupérer, avant de passer par la colère puis la résignation.  

Olga qui avait renoncé à sa carrière d'écrivain en se mariant n'a pas de travail, pas d'amis ni de centres d'intérêt, elle se replie complètement sur elle-même. Entièrement centré sur les pensées et actions d'Olga dans les mois qui suivent le départ de son mari, ce récit n'aborde pas le ressenti des deux enfants.

lundi 13 mars 2017

Prix Ouest-France Étonnants Voyageurs 2017

Les 10 romans sélectionnés 


Les membres du comité de parrainage ont présélectionné les 10 romans finalistes le 1er mars 2017. Dix jeunes ont été sélectionnés dans toute la France pour composer le jury. Ces jeunes se retrouveront le samedi 6 mai 2017 à Rennes pour débattre et établir la liste des cinq romans finalistes du prix. Ils sélectionneront leur lauréat pendant le Festival Littéraire Étonnants Voyageurs à Saint-Malo, le dimanche 4 juin 2017. 


Les 10 romans finalistes du Prix Ouest-France Étonnants Voyageurs 2017 sont :
  • Pierre Adrian, Des âmes simples
  • Louis-Philippe Dalembert, Avant que les ombres s’effacent
  • Nicolas Dickner, Six degrés de liberté
  • Catherine Gucher, Transcolorado
  • Hubert Haddad, Premières neiges à Pondichéry
  • Joël Haroche, L'affaire Rosenblatt
  • Maryam Madjidi, Marx et la poupée
  • Anna Moï, Le Venin du papillon
  • Shumona Sinha, Apatride
  • Tanguy Viel, Article 353 du code pénal

dimanche 12 mars 2017

Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Barukh


Date de parution : février 2017 chez Albin Michel
Nombre de pages : 426

" Finalement, l'après-guerre, c'est encore plus dur que la guerre."

Alice a 5 ans en 1943, elle vit à la campagne à Salies-de-Béarn avec sa nourrice Jeanne  et de  multiples questions la tourmentent, elle ne comprend pas le monde qui l'entoure, elle ne comprend surtout pourquoi sa mère a dû l'abandonner. Pour toute réponse à ses questions elle obtient des phrases lapidaires "Parce que c'est la guerre", "Tu comprendras plus tard".
Elle ne comprend pas pourquoi ses camarades d'école la rejettent, se demande qui sont ses parents et si sa mère reviendra la chercher. Un jour, des allemands débarquent dans son école et emmènent un de ses camarades, elle entend pour la première fois prononcer le mot de juif sans comprendre ce que cela signifie.

vendredi 10 mars 2017

Marguerite de Jacky Durand



Date de parution : janvier 2017 aux éditions Carnets Nord
Nombre de pages : 237

Nous faisons connaissance avec Marguerite en août 1944 alors que le visage enduit de goudron en forme de croix gammées, elle est tondue devant une foule déchaînée sous les insultes et les rires. On découvre tout de suite une femme à la forte personnalité qui en impose avec son regard hautain.

Flash back sur ses années de guerre. Pierre, son mari, un homme solide et bon, est mobilisé après seulement quatre semaines de vie commune, Marguerite et Pierre se sont mariés en août 1939.

Après quelques heures volées avec son homme à la veille de Noël 39 lors de la drôle de guerre, elle reste des mois sans nouvelles de Pierre, plus tard elle apprend qu'il a été fait prisonnier.

jeudi 9 mars 2017

Station Eleven d'Emily St John Mandel





Date de parution : août 2016 aux Editions Rivages
Nombre de pages : 480


Voici un livre qui sort de mes lectures habituelles. Station Eleven est en effet un roman d'anticipation, un genre que je ne lis pratiquement jamais.

A Toronto, lors d'une représentation théâtrale du Roi Lear, le comédien Arthur Leander s'effondre sur scène, victime d'une crise cardiaque.
Au même moment une pandémie de grippe se déclenche et décime 99% de la population mondiale en quelques jours. Deux personnes présentes à la représentation théâtrale vont survivre : Kirsten, une jeune comédienne de 8 ans, qui était sur scène et un spectateur Jeevan qui a tenté de sauver Arthur Leander.

mardi 7 mars 2017

Pour que rien ne s'efface de Catherine Locandro


Date de parution : janvier 2017 aux éditions Héloïse d'Ormesson
Nombre de pages : 205


Ce roman est fait de douze témoignages pour retracer l'itinéraire d'une icône de cinéma déchue retrouvée morte à Paris à l'âge de 65 ans. 
Il s'agit de Liliane Garcia devenue Lila Beaulieu dont le corps a été retrouvé environ deux mois après sa mort dans sa misérable chambre de bonne. Une mort qui ressemble à un suicide...

Lila Beaulieu a connu son heure de gloire en 1967 avec son unique film qui fut sélectionné à Cannes, Lila  fut la révélation du festival cette année là.

dimanche 5 mars 2017

Marx et la poupée de Maryam Madjidi

Date de parution : janvier 2017 au Nouvel Attila
Nombre de pages :200

La douleur de l'exil

En 1979 à Téhéran c'est l'époque de la révolution iranienne, du départ du Shah, de l'arrivée de Khomeini et du rêve brisé pour beaucoup d'iraniens.
Maryam est encore dans le ventre de sa mère et c'est de ce cocon qu'elle commence à nous raconter son histoire et celle de sa famille. La révolution iranienne vue par une petite fille qui va fuir cet enfer avec ses parents à l'âge de 6 ans, la famille s'installe alors à Paris.

Maryam Madjidi exhume ses souvenirs "Je déterre les morts en écrivant. Je me retrouve avec tous ces morts qui me fixent du regard et qui m'implorent de les raconter.", elle évoque le militantisme de ses parents, les réunions politiques clandestines à leur domicile, les documents compromettants passés aux camarades cachés dans ses couches, son oncle emprisonné, les corps mal enterrés dans les fosses communes qui réapparaissent lors des fortes pluies... Une vie de peur, de mort, de dénonciation et de torture.

Puis ce sera l'exil forcé en 1986, le jardin où on enterre les livres et les rêves avant de fuir, les jouets donnés aux enfants pauvres du quartier. L'arrivée à Paris dans une chambre de bonne, les angoisses, les cauchemars, les fantômes qui la hantent, une mère qui s'éteint peu à peu, qui s'enferme dans un "monde sans vie de lettres, de mots, de fantômes." " Tu n'osais parler cette langue étrangère, à la place des mots, tu souriais. Le sourire qui s'excuse, le sourire gêné de ceux qui ne parlent pas la langue du pays."

samedi 4 mars 2017

Prix Libr'à Nous - Deuxième sélection - Finalistes et Lauréats

Décernés par un jury composé de plus de 240 libraires francophones, les prix Libr'àNous ont été révélés le vendredi 3 mars

Dans la catégorie Littérature francophone le lauréat est Gilles Marchand pour son roman "Une bouche sans personne". Un roman que j'ai vraiment beaucoup aimé. Un grand bravo à lui car la sélection était très belle!


vendredi 3 mars 2017

Qu'il emporte mon secret de Sylvie Le Bihan


Date de parution : janvier 2017 au Seuil
Nombre de pages : 216

" Un viol n’est pas qu’une intrusion corporelle, c’est une invasion totale."

Hélène, proche de la cinquantaine, est un écrivain qui a acquis une certaine notoriété. Dans un salon littéraire elle a rencontré  Léo, un jeune écrivain plus jeune qu'elle avec qui elle a eu une brève aventure.  
C'est au travers d'une longue lettre qu'elle lui adresse que nous allons découvrir le passé d'Hélène. Le récit alterne entre le passé (et l'évènement qui a bouleversé sa vie) et le présent (Hélène est à Grenoble, à la veille du procès dans lequel elle va témoigner contre un homme.)

mercredi 1 mars 2017

Coeur-naufrage de Delphine Bertholon

 

Date de parution : 1 mars 2017 aux éditions J.C. Lattès
Nombre de pages :  304

" Certains jours, je m'attends des heures et ne me rejoins jamais; je me pose un lapin, traître de moi-même."

De Delphine Bertholon, je n'avais lu jusqu'à présent que son inoubliable "Les corps inutiles", je me suis donc précipitée sur son nouveau roman et j'ai même eu la chance de le lire en avant-première !

Lyla, 34 ans, célibataire, se définit comme inerte et routinière, "tranquillement malheureuse." Elle est traductrice d'écrivains britanniques et ainsi "vit et écrit par procuration", c'est une femme de l'ombre.
Un jour, elle reçoit un message de Joris qu'elle a aimé lorsqu'elle avait 16 ans. Revenu vider la maison de son père décédé, Joris a découvert une lettre...