mercredi 17 mai 2017

Mon étrange soeur de Marie Le Gall

Date de parution : janvier 2017 chez Grasset
Nombre de pages : 213

"Nous nous sommes tout de suite reconnues, et il était écrit que j'allais obéir à tes ordres muets"

Bien qu'elle ne le dise pas expressément c'est l'histoire de sa propre famille que Marie Le Gall nous raconte ici.

Marie, la narratrice est née 19 ans après celle qu'elle ne nomme jamais autrement que la Sœur. Cette Sœur est atteinte d'une étrangeté qui la rend insaisissable, enfermée dans sa prison intime, c'est une femme simple d'esprit au comportement très souvent extravagant. Ses parents ont cherché coûte que coûte une explication à ce drame évoquant tour à tour une méningite ou une erreur médicale à l'accouchement...
Marie comprend vite qu'elle est née pour réparer quelque chose, pour faire tout ce que sa sœur n'a jamais pu  faire. Des premières années de sa vie alors que la Sœur vit encore en famille, Marie se souvient d'avoir été un jouet vivant pour sa  Sœur, elle se souvient de son innocente brutalité qui la marquera à jamais "J'ai grandi dans ses bras, dans ses mains, sur ses genoux ou son cœur, sous son regard noir et pénétrant qui lançait des éclairs au moindre contact avec mon visage. La Sœur avait une sœur, si petite qu'on crut bien souvent qu'il s'agissait de son enfant."

C'est une bien étrange enfance auprès d'un père taciturne et distant, d'une mère et d'une grand mère au chagrin silencieux, au milieu d'une famille qui vit dans la souffrance, le silence et la solitude, Marie n'obtient jamais de réponse à ses questions ou seulement des mensonges protecteurs mais "les enfants ne croient pas aux mensonges censés les protéger "
Marie a l'impression d'avoir été investie de la mission de protéger sa famille bancale et la vie de la Sœur, elle se perçoit comme consolatrice, née pour illuminer la vie de son ainée. 

Complice et admirative de sa Sœur dans les premières années de sa vie, Marie est brusquement séparée d'elle lorsque, après une bêtise de trop, la Sœur est envoyée à l'hospice ."Ici s'arrêtent les jeux, s'achève notre vie." Ce départ est vécu comme une amputation par cette petite fille de 5 ans bercée de pieux mensonges à qui il est dit que son ainée part pour guérir dans un hôpital qui soigne ou que la Sainte Vierge va la guérir.

La Sœur va ensuite passer sa vie d'établissement en établissement, multipliant les séjours en maison de retraite entrecoupés de séjours en hôpital psychiatrique au gré de ses crises. Marie vivra alors les retours à la maison de la Sœur pour les vacances comme l'arrivée d'un ouragan face auquel elle restera prostrée.

Avec ce roman très intime Marie Le Gall nous fait côtoyer la folie, les lieux qui les accueillent  "les murs qui se resserrent pour mieux étouffer les êtres qui s'acharnent contre eux quand ils n'en peuvent plus de circuler en eux-même. Ils sont capitonnés, ne blessent plus, mais continuent à opposer aux corps une terrible résistance.", les êtres blessés à vie "dans les cerveaux qui se lézardent, des brèches invisibles se creusent sans fin", les familles qui visitent un de leurs proches...

Dans ce récit sans aucun pathos Marie Le Gall ne juge jamais ses parents mais n'épargne pas les soignants à une époque, les année 1970, où l'antipsychiatrie régnait.

Marie Le Gall termine son récit par un magnifique épilogue  qui résume tous les doutes qui l'habitent :  "Mon cœur meurtri, ma honte et mon chagrin, ma prison, mon modèle, ma douce et triste amie... Qui étais-tu ma grande petite sœur? ma seconde maman... ma maman... ma blessure, ma jumelle... ma sœur, mon amour. Ma déraison"

Je me doutais en ouvrant ce livre que le sujet serait émouvant mais j'ai été bouleversée au-delà de ce que j'imaginais. Ce livre se lit le cœur serré tellement il fait toucher du doigt la souffrance, la solitude des familles qui ont à charge un enfant handicapé. C'est un témoignage universel sur le vécu des familles qui ont un enfant différent  mais aussi sur ce qu'on peut supposer de la souffrance de l'être différent.
Ce récit est un cri de souffrance et d'amour, Marie Le Gall évoque toute la palette de sentiments qu'elle a éprouvés, pitié, honte, dégout, chagrin, amour fusionnel, désir fou d'avoir une sœur "comme les autres"... et qu'elle éprouve encore. Elle fait aussi le lien avec la femme qu'elle est devenue avec ses propres fêlures. 
J'ai trouvé ce témoignage humain sensible, pudique et poignant. Je ne connaissais pas Marie Le Gall  et je suis tombée sous le charme de son écriture toute en finesse.
Cerise sur le gâteau pour moi, Marie Le Gall émaille le début de son récit d'expressions bretonnes qui m'ont replongée dans mon enfance !

Merci à Zélie et aux éditions Grasset pour cette lecture.

Sabine a aussi beaucoup aimé


Citations
"Les mots d’aujourd’hui composent ce paysage perdu dans le monde secret d'une fillette contrainte à se taire"

"Je comblais le manque, le vide insupportable de sa survie."

"Elle était insaisissable, imprévue et imprévisible, désarmante, volcanique, féroce et débordante d'amour. Et nous, nous étions discrètes et tâchions tant bien que mal de nous cacher dans notre nid avec notre animal malade. Ne pas se faire remarquer."


L'auteure



Marie Le Gall est née en 1955 à Brest. Elle est professeur de lettres à Fontainebleau.
"Mon étrange sœur" est son troisième roman. 








42ème contribution au Challenge Rentrée Hiver 2017 organisé par Laure de MicMelo
 












Catégorie SPHERE FAMILIALE




2 commentaires:

  1. Quelle belle chronique, Joëlle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mille mercis Triskel !
      Tu devrais le lire, je suis certaine qu'il te plairait!

      Supprimer