mercredi 14 juin 2017

Plage Sainte-Anne de Joëlle Sancéau


Date de parution : le 9 juin aux éditions du 38
Nombre de pages : 206


La parution de ce roman est un vrai conte de fées...
Joëlle Sanceau, alias Albertine Proust sur le net, a ouvert un blog littéraire Les battements de mon cœur, elle a fait partie du groupe des 68 premières fois l'année dernière, c'est à cette occasion que je l'ai découverte sur son blog et sur Facebook. Joëlle/Albertine participe aux ateliers d'écriture hebdomadaires d'Leiloona du blog Bric à book auxquels participe également Stéphanie Pélerin qui a publié son premier roman l'année dernière (Presque jeune, presque jolie, toujours célibataire), Stéphanie a détecté en lisant un texte de Joëlle tous les ingrédients pour en faire une nouvelle ou un roman...
Joëlle Sancéau, avec son imagination et son humour habituels, relate ici à sa façon, en mêlant réalité et fiction, cette extraordinaire aventure. 

J'ai hésité avant de lire ce roman car il est toujours difficile d'émettre un avis négatif sur un texte écrit par quelqu'un qu'on connait. Je me suis finalement décidée à le lire en me disant que si je n'aimais pas ce récit je ne publierai pas de chronique (ce qui est contraire à ma façon de procéder) et si je publie ma chronique c'est pour dire tout le bien que je pense de ce joli roman.

L'histoire se déroule durant l'été 2016 en Bretagne. Simon, un jeune homme de 23 ans, poursuit ses études d'ingénieur à Lannion en logeant à Perros Guirec dans le manoir familial avec sa grand mère. C'est un jeune aristocrate qui fait partie de la jeunesse dorée de la côte mais qui a choisi de devenir, le temps d'un job d'été,  "Moumoune le roi des chichis" en vendant des beignets sur les plages.


Simon observe sur la plage de Ste Anne une famille dont les différents membres s'abritent sous un  parasol, sorte de microcosme familial. Il s'agit des trois frères Le Doyen, surnommés "les rois du bourg", des nantais en vacances en août à Trémaloir, ce sont des figures locales de Trémaloir descendants d'un grand-père qui a été maire de gauche de la commune dans le passé. Il y a là trois frères et leurs épouses avec leurs enfants et leurs petits-enfants...




Simon va très vite être attiré par Louise, une jeune fille mystérieuse à l'humour pince-rire qui poursuit une rééducation suite à un accident survenu six mois plus tôt à Rennes. La famille Le Doyen n'est pas épargnée par la maladie car Sophie, une cousine de Louise, doit affronter cet été là une grave maladie. L’idylle entre Simon et Louise démarre sous le regard soupçonneux des frères Le Doyen. 

Racontée comme cela, cette histoire a tout l'air d'une histoire à l'eau de rose... et c'est tout ce qu’elle n'est pas... Joëlle Sanceau brosse une galerie de portraits de gens ordinaires tous très bien campés et souvent hauts en couleur sans jamais tomber dans la caricature. Il y a, entre autres, la tante Héloïse, une femme snob et égoïste qui délaisse sa famille tellement elle est absorbée par l'écriture d'un essai sur Agrippine et Néron et qui en vient à être jalouse de l'attention que son mari porte à leur petite-fille. Des frères tous  marqués par l'éducation stricte qu'ils ont reçue, la grand-mère de Simon, une douairière  impayable. Une héroïne passionnée de littérature (tiens, tiens..)...Chacun reconnaitra à un moment ou à un autre des traits de caractère d'une personne de son entourage...

Les relations grands-parents/petits-enfants, les réactions des parents et du conjoint face à la maladie de Sophie, la question de l’intégrité physique après un accident ou après une opération, la question de l'acceptation du handicap sont abordées avec finesse et justesse. Le tout sur fond de Bretagne avec l'évocation de la Côte de granit rose, Perros Guirec, l'île de Bréhat, Morlaix et la presqu'île de Crozon. Il m'a juste manqué, pour que mon plaisir soit total, quelques éléments descriptifs succincts des lieux, une petite touche plus marquée d'atmosphère bretonne (Bretagne qu'il est fort agréable de retrouver ensoleillée dans ce roman, ce n'est pas toujours le cas avec les auteurs qui situent leur histoire dans cette région...)..
C'est un joli roman qui n'est pas que léger, il est constitué de courts chapitres introduits par des titres très  joliment trouvés. Il y a juste ce qu'il faut de personnages pour ne pas nous noyer. Joëlle Sanceau fait ici preuve d'une belle imagination et d'une fort jolie plume.
Bref du très bon feel good...

Merci à Stéphanie Pélerin pour l'envoi de roman.


Citations
"Pour être aimé il faut accepter d'être aimable"


L'auteure



Née en 1968 à Quimper, Joëlle Sanceau a été professeur de Lettres Modernes pendant vingt ans. "Plage Sainte-Anne" est son premier roman.                                              
                                                   

4 commentaires:

  1. Merci Joëlle pour l'attention portée à mon roman et aux personnages qui, au fil des mois d'écriture, sont devenus presque vivants pour moi. J'aurais bien aimé moi aussi (snif !) un peu plus de description. Le format court ne s'y prêtait pas ! Mille bises du bord de mer <3 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo à toi, tu as un talent qui me fait baver d'envie...
      Bises

      Supprimer
  2. Joli billet, Joëlle. Finalement, ça aurait été dommage de passer à côté (mais je comprends tout à fait tes craintes quant à parler du livre de quelqu'un que tu connais...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Delphine... C'est vrai que je n'aime pas bien chroniquer des livres écrits par des gens que je connais même si c'est virtuellement...

      Supprimer