mercredi 21 février 2018

Les rêveurs d'Isabelle Carré

Date de parution : janvier 2018 aux éditions Grasset
Nombre de pages : 304

Isabelle Carré nous livre avec ce premier roman un récit très autobiographique. Elle nous raconte sa famille au travers de ses souvenirs. Sa mère marquée à vie par son éducation sans aucune tendresse et par le rejet que sa famille lui a fait subir quand, jeune fille qui ne connaissait rien à la sexualité, elle s'est retrouvée enceinte jetant le déshonneur sur sa famille. La rencontre entre son père et sa mère, sa vie dans l'appartement familial entièrement peint en rouge et décoré des œuvres de son père, des  tableaux et des sculptures crues et réalistes dans une atmosphère "pop-post-soixante-huitarde-zen". Le grand écart qu'elle devait faire entre ses grands parents paternels et ses grands parents maternels, aristocrates plein de principes et obsédés par les apparences.

Isabelle Carré ne cache pas qu'elle a souvent rêvé d'une famille plus classique, la dépression de sa mère et le comportement parfois étrange du son père l'ont souvent déstabilisée. Elle évoque l'insécurité affective dans laquelle elle a été élevée, son manque d'assurance et son sentiment de solitude, sa tentative de suicide à quatorze ans et l'internement qui a suivi, l'idée du suicide qui l'a poursuivie longtemps, seule porte de sortie possible pour elle. 

" Ma mère ne me voit pas, elle ne me sauvera d'aucun danger, 
elle n'est pas vraiment là, elle ne fait que passer, elle est déjà passée. Elle s'en va."

Lorsque le couple de ses parents vole en éclats avec la révélation brutale de l'homosexualité de son père, alors qu'elle est en pleine puberté, Isabelle Carré tente de comprendre ses parents mais aussi d'attirer leur attention tellement est fort son sentiment d'abandon, engluée dans le rôle de messagère que ses parents lui font jouer entre eux quand elle n'est pas obligée de prendre parti. Puis ce sera son émancipation précoce subie plus que choisie avec son installation dans son premier appartement à l'âge de quinze ans, ce qui lui évite de voir sombrer sa mère.

Elle parle de la naissance de son goût pour le cinéma "j'ai quatorze ans, et je vais au cinéma tous les deux jours. Un jour pour le film, le lendemain pour en rêver.", un cinéma qui la console et qui lui permet de ne plus avoir peur de sa vie en vivant des vies imaginaires car Isabelle comme beaucoup de membres de sa famille sont des rêveurs, comme sa mère, comme son frère aîné qui rêve son père biologique... "Notre univers avait la texture d'un rêve, oui, une enfance rêvée, plutôt qu'une enfance de rêve.". ""On ne réussit bien que ses rêves", le leitmotiv de mon père"

J'ai beaucoup aimé ce livre même si j'ai trouvé qu'il démarrait un peu trop lentement, au début je suis restée un peu à distance et je ne comprenais pas bien l'engouement autour de ce roman. C'est à partir de son adolescence, de son hospitalisation après sa tentative de suicide puis avec la séparation de ses parents et la révélation de l'homosexualité de son père que l'histoire prend vraiment son envol. Isabelle Carré excelle lorsqu'elle tente de décoder la personnalité et le vécu de ses parents et ses propres sentiments alors qu'elle assiste impuissante à leur dérive. Mon intérêt est allé crescendo jusqu'à la belle fin où elle nous livre des extraits de ce qu'elle écrivait dans ses cahiers dans sa jeunesse.
Isabelle Carré avait beaucoup de matière avec cette famille vraiment compliquée et ce qu'elle nous raconte n'est que la face qui émerge de l'iceberg... J'ai apprécié de ne ressentir à aucun moment son récit virer au règlement de comptes envers ses parents.
J'ai aimé le façon dont Isabelle Carré nous livre ses souvenirs dans un désordre savamment agencé. Un livre qui n'est pas, comme j'avais pu le craindre, encore un livre de people mais qui révèle une écrivaine de talent qui sait nous raconter, avec toute sa sensibilité, sa famille à la configuration hors norme. Souvent qualifiée par les journalistes comme une actrice discrète et lumineuse, Isabelle Carré se définit elle-même comme "Une actrice connue, que personne ne connaît." 
Bref, un roman qui m'a beaucoup plu mais dont l'intérêt ne justifie pas, selon moi, ses multiples nominations pour des prix littéraires.


Citations
" Je pressentais, dès l'enfance, quels curieux personnages m'entouraient. Je saisirais plus tard leur singularité, leur égoïsme, leur perversité, parfois."

" Je suis le fruit d'un malentendu, d'une lettre déchirée trop vite. Ou plutôt la rencontre de deux malentendus, mon père ne pouvant s'avouer quelle sorte de vie il souhaitait déjà, et ma mère jetant sa dernière chance au panier. Le fruit de deux orgueils blessés, qui se sont réchauffés un moment."

" Elle aura soixante ans bientôt. Est-ce que la vie va continuer à s'appauvrir encore et encore, pour qu'on puisse la quitter sans regret, s'en aller, les mains vides, ne possédant plus rien, pas même la peur de mourir?"


L'auteure


Comédienne de théâtre et de cinéma, Isabelle Carré poursuit depuis 1987 une carrière d’anti-star discrète au talent toujours plus reconnu. Les rêveurs est son premier roman. (Sources : Éditeur)








14ème participation au challenge rentrée littéraire 2018 organisé par Bea Comete








3ème lecture de la sélection d’automne des 68 premières fois









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire