mardi 27 février 2018

Maria d'Angélique Villeneuve

 
Date de parution : février 2018 chez Grasset
Nombre de pages : 180

J'ai découvert Angélique Villeneuve avec son bouleversant "Nuit de septembre" aussi lorsqu'elle m'a proposé son nouveau roman il y a quelques semaines j'ai accepté sans hésitation de recevoir ce roman que j'avais repéré dans les sorties de début d'année.

Maria a cinquante-huit ans. Deux ans plus tôt, son deuxième petit-enfant est né, mais sa fille Céline et son gendre Thomas ont fait un choix de vie radical. Céline pratique l'école à la maison et intervient dans une association de parentalité nouvelle où elle conseille les parents qui veulent repenser leur façon d'élever leurs enfants. Fidèles à leur philosophie de vie, ils ont décidé de ne pas révéler le sexe de leur bébé qui portera un  prénom non genré "Noun", Céline répond sereinement aux gens qui l'interrogent "c'est un bébé qui s'appelle Noun.". Ils considèrent que c'est l'enfant qui décidera lui-même plus tard le genre qu'il veut habiter. De la même façon Céline et Thomas ont autorisé leur fils ainé de trois ans, Marcus, à changer de prénom, il s'appelle désormais Pomme, porte des robes et affectionne le vernis à ongles.

Un bel amour fait de complicité et d'amour pour les oiseaux et les fleurs a toujours uni Maria et Marcus mais peu à peu Maria se retrouve évincée de la vie de sa fille, une distance s'installe insidieusement entre elles, elle se sent mise à l'écart depuis la naissance de Noun, sa fille ne la laisse jamais seule avec le bébé. Confrontée aux rumeurs et ragots, Maria voit sa vie se déliter avec le départ de William, son compagnon depuis des années, qui ne supporte pas la situation et son horizon se rétrécir encore plus lorsqu'elle perd son travail. " De quoi les mères sont-elles coupables ? Céline et Thomas avec leurs enfants pour otages légitimes, forment désormais un monde séparé du sien. Une île autonome."

Angélique Villeneuve met en scène une héroïne inoubliable qui va se battre seule contre tous, mais qui va aussi tenter de comprendre sa fille, s'interroger sur les stéréotypes de genre, repenser à l'éducation qu'elle a reçue très différente de celle de son frère... Elle est plus dans la nuance que William " qui voulait cantonner les gens à n'être que celui ou celle que leur sexe leur imposait d'être depuis la nuit des temps".

Angélique Villeneuve reste toujours au plus près des sentiments de Maria, cette femme qui a toujours fait preuve de patience, de tolérance et de résignation, qui a su rentrer son dépit et sa colère mais qui va peut-être finir par changer...

" Car à force de Céline, à force de vie, Maria a mûri " 

J'ai retrouvé dans ce roman l'écriture sensible et poétique d'Angélique Villeneuve, j'ai aimé la façon dont elle décrit avec une infinie délicatesse le moment où Maria, pour la première fois seule avec Noun, fait sa connaissance. J'ai aimé la personnalité qu'elle prête à Maria, une femme hypersensible aux couleurs et aux odeurs qui fait chanter les oiseaux et les couleurs. 

Plus qu'un livre sur le genre j'ai vu ce roman comme le combat d'une femme rejetée par sa fille unique et mise à l'écart de ses petits-enfants, un livre sur l'amour absolu d'une grand mère pour ses petits enfants et sa fille par delà les conflits familiaux. Il est impossible de ne pas se mettre à la place de Maria, de se demander quelle attitude on aurait adoptée dans une telle situation de rupture familiale quelle qu'en soit la cause.
La question du genre et les positions extrémistes prises par Céline et Thomas servent de contexte pour justifier le délitement de la relation mère/fille mais ce contexte nous pousse aussi bien entendu à la réflexion sur la question du genre qui est ici traitée avec une infinie subtilité. J'ai aimé la poésie dont Angélique Villeneuve imprègne ce roman et la sublime fin qu'elle a imaginée.
Ce roman est un condensé d'émotions que j'ai lu d'une traite, parfois le cœur serré, un texte que je suis certaine de relire un jour.  Un roman qui, selon moi, va compter dans cette rentrée littéraire.


Citations 
" Céline et Thomas désirent secouer le monde, et ce monde n'est qu'un vieux dessus-de-lit sur lequel Maria et William se tiennent assis, tout benêts qu'ils sont."

" Ce que Céline a mis au monde est le chagrin de sa mère, sa crainte de mal faire, de mal dire, de mal penser, c'est sa honte, sa rage inexprimable." 

" Chez les oiseaux, les mâles arborent le plus souvent les couleurs, tandis que les femelles ont la mise discrète, comme si elles n'avaient pas besoin de séduire. Les filles du square sont rouges, roses et violettes, elles ont des barrettes dans les cheveux. Le monde égalitaire n'est pas pour demain, se dit Maria. Céline a raison de s'en alarmer."



L'auteure


Angélique Villeneuve est l’auteur de cinq romans dont Les Fleurs d’hiver (Phébus 2014, Libretto 2017; prix Millepages, prix La Passerelle, prix de la ville de Rambouillet, prix du livre de Caractère) et, chez Grasset, de Nuit de septembre (2016). (Sources : Éditeur)







Lu du même auteur




pour accéder à ma chronique, cliquer ici








15ème participation au challenge rentrée littéraire 2018 organisé par Bea Comete






8 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci à vous pour ce petit bijou...Au plaisir de pouvoir en discuter avec vous un jour prochain.

      Supprimer
  2. Quel beau billet Joëlle! (comme souvent:) tu m'as vraiment donné envie de lire ce livre, merci beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eva je peux te retourner le compliment...
      Je serai très étonnée qu'il ne te plaise pas celui là...

      Supprimer
    2. je viens de le lire, et je te confirme qu'il m'a vraiment beaucoup plu...alors que je suis dans une période où j'ai du mal à être enthousiasmée par mes lectures !

      Supprimer
    3. J'ai lu ton billet et je suis ravie qu'il t'ait enthousiasmée autant que moi.
      Laisse toi maintenant tenter par le nouveau Gaëlle Josse pour enrayer ta série de lectures moyennes !

      Supprimer
  3. Coup de coeur pour moi aussi !! <3 J'adore lire Angélique Villeneuve. Je te conseille ses précédents romans, si tu as l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est seulement le deuxième d'elle que je lis, il faut que je rattrape mon retard...J'adore son écriture !

      Supprimer