vendredi 8 décembre 2017

Parmi les miens de Charlotte Pons

Date de parution : août 2017 chez Flammarion
Nombre de pages : 192

Ce roman fait partie de la sélection des 68 premières fois.

Manon, la narratrice, une femme proche de la quarantaine, est avertie de l’accident que vient de subir sa mère qui est hospitalisée dans un état très grave. Quand elle rejoint son père, son frère et sa sœur à l'hôpital et qu'elle comprend qu'il n'y a plus d'espoir la seule phrase qui lui vient est "Autant qu'elle meure", ce qui révolte sa famille.

Manon va laisser son mari et son bébé pour être près de sa famille, elle va ainsi se retrouver avec son père, son frère Gabriel et sa jeune sœur Adèle réunis par l'état de la blessée dans une sorte de vase clos, face au silence de son père taiseux et aux prises aux "différends et différences accentués avec l'âge" qui président à ses relations avec son frère et sa sœur. Commence alors une sorte de vie en suspens...
Ce roman aborde la question de la fin de vie et de l'euthanasie, montre le cheminement de chaque membre de la famille face à cette douloureuse question, face à la question de la souffrance de l'être cher, face au souhait qu'elle a pu exprimer de son vivant. Charlotte Pons met en scène les membres d'une famille aux liens distendus réunis par la disparition de leur mère, évènement qui les relie entre eux et les relie à leur enfance. C'est une famille pleine de non-dits et de secrets, peu à peu les enfants vont découvrir une mère qu'ils ne connaissaient pas au delà de la chercheuse en anthropologie, distante, absorbée par ses recherches, peu affectueuse mais aussi sujette à de fréquents accès de mélancolie qu'ils ont connu.

La situation interroge le lien que chacun avait avec elle, chacun enfant ayant entretenu une relation différente avec elle en fonction de sa place dans la fratrie, de son sexe. Il est aussi question de culpabilité dans ce roman pour Manon qui ne voit dès le début pas d'autres issues que la mort naturelle ou provoquée de sa mère et qui ne peut que s'interroger sur sa propre difficulté à être mère. Comment elle qui a si peu reçu de sa mère peut-elle être dans une position de transmission avec son fils?

La question de l'euthanasie est ici abordée dans une histoire aux multiples facettes où chaque membre de la famille a une histoire forte, où les tensions et griefs sont anciens, où la maladie de Gabriel a un rôle déterminant, où le passé et les origines norvégiennes de leur mère dont elle ne parle jamais sont des éléments fondateurs.
L'écriture est fluide, l'histoire bien construite et les émotions sont au rendez-vous dans ce premier roman très sensible d'une auteur que je trouve bien prometteuse.


L'auteur


Charlotte Pons a passé huit ans au sein d’une rédaction parisienne comme journaliste culture et chef d’édition. Elle a créé en 2016 les ateliers d’écriture Engrenages & Fictions. Parmi les miens est son premier roman. (Sources : Éditeur)







55ème participation au Challenge Rentrée Littéraire 2017










9ème lecture de la sélection d’automne des 68 premières fois








2 commentaires:

  1. Je note ce livre que ta chronique me donne envie de lire. Il me semble en effet en te lisant qu'on ne peut passer à côté de ce premier roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait partie de mes préférés de la sélection d’automne...

      Supprimer